Des déchets récoltés par The Ocean CleanUp (Photo : The Ocean CleanUp).

Microsoft : un modèle de machine learning aide une ONG à nettoyer les océans

 

Un hackathon organisé par Microsoft a permis de créer un modèle d’apprentissage automatique, qui aide l’ONG néerlandaise The Ocean CleanUp à perfectionner le nettoyage des océans. Intégré à une caméra drone, l’algorithme est capable de dissocier les plastiques flottant à la surface des déchets organiques, comme le bois.

The Ocean CleanUp en guerre contre les déchets marins depuis 2013

Chaque année, près de 9 millions de déchets plastiques finissent dans les océans. Dans l’océan Pacifique, en particulier, ils sont tellement nombreux qu’ils forment le « septième continent ». Cette zone, aussi appelée continent de plastique ou Pacific Garbage Patch, représente trois fois la surface de la France. Plus grave encore : ces déchets se décomposent en microplastiques, de minuscules particules très dangereuses pour les écosystèmes marins et éventuellement pour les êtres humains.

Pour contrer cette pollution, Boyan Slat a lancé The Ocean CleanUp en 2013. Cette organisation à but non lucratif s’attaque au problème sur deux fronts : le plastique déjà dans l’océan et le plastique se déplaçant dans l’océan par les rivières. Ainsi, nettoie-t-elle les océans ou empêche-t-elle de nouveaux déchets d’y pénétrer avec leurs nombreux polluants.

« Microsoft dispose d’immenses ressources informatiques qui pourraient largement vous aider »

L’ONG néerlandaise parvient à récolter les déchets dans l’océan de manière propre grâce à un système « passif », qui utilise les courants marins et le vent. Il y a un an, elle a également lancé l’Interceptor, un catamaran autonome fonctionnant à l’énergie solaire, conçu pour récolter les déchets plastiques avant qu’ils ne rejoignent l’océan, c’est à dire dans les cours d’eau. Selon l’ONG, le bateau est capable d’extraire 50 tonnes de plastique par jour des rivières. Encore faut-il savoir où se trouve exactement tous ces déchets…

Pour aider The Ocean CleanUp à mieux identifier les déchets dans les océans et les rivières, Microsoft a contacté l’ONG en 2018 par courrier électronique l’invitant à participer à son Global Hackathon annuel. « Microsoft dispose d’immenses ressources informatiques qui pourraient largement vous aider à suivre et à contrôler vos efforts, pour une fraction du coût d’une intelligence artificielle », a écrit Drew Wilkinson, un employé du géant de la tech.

30 000 photos fournies par le système en un été

Lors de du hackathon annuel de Microsoft, des développeurs bénévoles ont travaillé sur un modèle d’apprentissage automatique qui aide The Ocean CleanUp à suivre le plastique et d’autres déchets dans les océans et les cours d’eaux. Intégré à une caméra drone, l’algorithme est capable de dissocier les plastiques flottant à la surface des déchets organiques, comme le bois. En un été, le système a pu fournir plus de 30 000 photos de zones marines polluées à travers le monde.

« Cela nous a permis de prendre conscience que notre objectif était atteignable, pas seulement pour une rivière, mais pour toutes les rivières du monde », s’enthousiasme Robin De Vries, analyste géospatial chez The Ocean CleanUp. Il revient maintenant à l’ONG d’installer ses solutions dans les rivières les plus polluantes. Parallèlement, elle travaille à recycler le plastique collecté en de nouveaux produits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *