La militante écologiste suédoise de 17 ans Greta Thunberg a lancé le mouvement "Fridays for future" en 2019.

Climat : après une année sabbatique, Greta Thunberg retourne sur les bancs de l’école

 

L’heure de la rentrée a sonné pour Greta Thunberg. La jeune militante écologiste suédoise a annoncé lundi qu’elle retournait sur les bancs de l’école, après avoir pris une année sabbatique pour défendre la cause du climat. 

Greta Thunberg va un peu moins faire le tour du monde pour se consacrer à ses études. La jeune militante écologiste suédoise a annoncé, lundi 24 août, qu’elle retournait à l’école après avoir pris une année sabbatique pour défendre la cause du climat. « Mon année sabbatique est terminée, et je me sens tellement bien d’être enfin de retour à l’école ! », a écrit l’adolescente de 17 ans dans un tweet agrémenté d’une photo d’elle souriante, sac sur le dos et un vélo à la main. Elle n’a pas précisé dans quel établissement, ni dans quelle ville, elle comptait poursuivre sa scolarité.

Greta Thunberg avait décidé de quitter les bancs en juin 2019, alors qu’elle faisait la neuvième année (l’équivalent de la classe de troisième en France). Elle avait d’abord suivi les cours à distance cette année-là en raison de ses nombreux déplacements. Puis, elle a annoncé prendre une année sabbatique pour se rendre à la COP25 prévue à Santiago du Chili, mais annulée en raison des graves troubles sociaux et finalement déplacée à Madrid.

« Je ne devrais pas être ici. Je devrais être à l’école »

Lors de son tour du monde, Greta Thunberg a tout fait pour ne pas voyager avec des moyens de transport polluants comme l’avion. Ainsi, elle avait pris place à bord du catamaran d’un jeune couple d’Australiens pour regagner l’Europe, après 11 semaines bien remplies passées sur le continent américain. Lors du sommet du climat au siège de l’ONU, à New York, la jeune fille avait tancé les dirigeants mondiaux. Elle avait notamment évoqué sa déscolarisation : « Je ne devrais pas être ici. Je devrais être à l’école, de l’autre côté de l’océan », avait-t-elle affirmé. Avant d’accuser les dirigeants actuels d’avoir « volé (ses) rêves et (son) enfance avec (leurs) promesses non tenues.».

Des prix et des rencontres formidables

L’initiatrice de « Fridays for future » a profité de ses voyages pour rencontrer des personnalités comme la chancelière allemande Angela Merkel, le Pape François, l’ex président américain Barack Obama, ainsi que l’acteur et défenseur de l’environnement Leonardo DiCaprio. Elle a par ailleurs reçu les clés de Montréal et sillonné l’Amérique du nord à bord d’une Tesla prêtée par Arnold Schwarzenegger.

Pendant son année sabbatique, Greta Thunberg a en outre reçu le prix le plus prestigieux d’Amnesty International, le prix de la personnalité de l’année du magazine Forbes, le prix portugais Gulbenkian ou encore a été nominé pour le prix Nobel de la paix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *