Filet Pêche France Indigo

Pêche industrielle : Cap sur les filets biodégradables

Indigo est un projet d’utilité internationale basé à Lorient, qui a pour objectif de créer des outils de pêche biodégradables. Lancée ce mercredi 12 février, cette initiative soutenue par l’Europe, vise à réduire l’impact environnemental de la pêche en créant des casiers ou encore des filets de pêche plus respectueux de la vie marine. Au total, ce sont plus de dix collaborateurs qui vont se réunir pour tenter de trouver des solutions et ainsi réduire les conséquences « dévastatrices » de la pêche sur l’environnement. 

La pêche représente « 26.000 km d’engins perdus chaque année »

Les différents groupes à l’initiative du projet Indigo ont expliqué dans un communiqué les objectifs de leur démarche. Pour eux, les méthodes de pêches actuelles ne peuvent pas continuer dans un monde qui fait du respect de l’environnement sa priorité pour les années à venir. En effet, les porteurs du projet expliquent que « les engins de pêche, avec une durée de vie estimée à plusieurs centaines d’années, représentent 27 % des déchets marins générant plus de 26.000 km d’engins perdus chaque année dans la zone France Manche Angleterre et les conséquences pour l’environnement marin sont dévastatrices« .

Les conséquences de la perte de ces outils ne s’arrêtent pas qu’au désastre écologique. En effet, les filets de pêche perdus ou oubliés continuent de dériver pendant de nombreuses années et continuent de piéger des poissons. Appelé « Pêche fantôme », ou Ghost fishing en anglais, tous les poissons capturés dans ces filets perdus représentent autant de prises qui ne termineront pas dans les filets des pêcheurs. Avec le projet Indigo, les différents groupes espèrent mettre en place une « démarche globale de réduction des déchets, il est primordial d’adapter la durée de vie du matériau à son utilisation« .

À la fin de l’année 2019, ce projet a obtenu un financement européen à hauteur de 2,9 millions d’euros. Au total, Indigo devrait bénéficier d’au moins 4,2 millions d’euros sur trois ans pour tenter de mener à bien ce projet en faveur de la préservation des océans…

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *