Des réseaux neuronaux dans un cerveau humain.

Santé : une IA capable de détecter un cancer du cerveau en moins de trois minutes

 

2 minutes et 50 secondes. C’est le temps mis par une intelligence artificielle (IA) pour détecter une tumeur cérébrale, d’après une étude publiée dans la revue Nature Medicine le 6 janvier 2020. Le programme identifierait aussi le type de cancer parmi les 10 types de tumeurs cérébrales les plus fréquents.

Un diagnostic long

Chaque année, environ 15,2 millions de personnes se voient diagnostiquer un cancer, et plus de 80% subissent une chirurgie. Ce diagnostic demeurre fastidieux car il comprend notamment le prélèvement d’un fragment de tissu, son passage par une phase de coloration et son analyse. Une nouvelle technique promet de zapper ces étapes et donc de raccourcir le protocole.

En effet, une équipe de chercheurs américains a mis au point un programme de détection des tumeurs cérébrales en moins de 2 minutes et 50 secondes, si l’on en croit une étude publiée dans la revue Nature Medicine le lundi 6 janvier 2020.

L’IA a vu juste que les pathologistes 

Pour réaliser cette prouesse, les scientifiques ont couplé un logiciel d’IA et une technique d’imagerie optique baptisée le « Stimulated Raman Histology » (SRH). L’algorithme a été entraîné par l’analyse de plus de 2,5 millions d’images de biopsie (prélèvement d’un fragment de tissu ou d’organe). Le programme a pu établir le type de cancer parmi les 10 types de tumeurs cérébrales les plus fréquentes.

« De façon étonnante, dans tous les cas où les pathologistes se sont trompés, notre algorithme a vu juste », observe le Dr Daniel Orringer, de l’université de New York, qui a participé aux recherches. Au cours de l’essai clinique, sur 278 patients atteints d’une tumeur cérébrale, l’IA a fait un diagnostic correct dans 94,6 % des cas contre 93,9 % pour l’analyse humaine.

Moins de complications et de meilleurs résultats pour les patients

Cette découverte va permettre aux chirurgiens d’opérer de façon plus sûre et plus précise. « En neurochirurgie et dans beaucoup d’autres domaines de la chirurgie des cancers, la détection et le diagnostic des tumeurs pendant l’opération sont essentiels pour effectuer le geste chirurgical le plus approprié », souligne le chercheur.

L’IA pourrait également améliorer la pertinence de l’analyse humaine et résoudre le problème des déserts médicaux.

Avec un tel outil, « nous sommes mieux équipés pour conserver les tissus sains et n’enlever que les tissus infiltrés par les cellules cancéreuses, ce qui se traduit par moins de complications et de meilleurs résultats pour les patients cancéreux », a expliqué à l’AFP Daniel Orringer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *