Un tas d'ordures

« Grand défi » : Le plan d’action de Syctom contre les déchets à Paris et sa banlieue

 

Le Syndicat de traitement des ordures ménagères (Syctom) a annoncé jeudi le lancement d’un plan d’actions pour réduire les déchets à Paris et dans sa banlieue. Ce projet baptisé « Grand défi » est le résultat d’un semestre de concertation entre les communes, la région, des associations, des représentants de producteurs ménagers et des acteurs du traitement.

Le Syctom financera « une part significative » du projet

Le Syndicat de traitement des ordures ménagères (Syctom), qui couvre 85 communes franciliennes dont Paris, a lancé jeudi le projet « Grand défi ». C’est un plan d’action destiné à réduire les déchets sur le territoire. Sa conception est l’affaire de plusieurs acteurs que sont les communes, la région, des associations, des représentants de producteurs ménagers et des acteurs du traitement. Le projet nécessitera un budget de 250 millions d’euros jusqu’en 2025, selon les estimations du Syctom. L’organisme en financera « une part significative, le reste faisant l’objet d’un tour de table avec toutes les parties prenantes », « pour que le contribuable ne soit pas seul à payer ».

Plus de 600 « éco-animateurs » et « ambassadeurs du tri »

« Grand défi » vise à réduire considérablement la production de déchets ménagers, à améliorer la collecte sélective et atteindre « zéro déchet non valorisé » à l’horizon 2025. Pour y arriver, Syctom prévoit sensibiliser les producteurs et les consommateurs aux méthodes de tri et de transformation des matériaux. Il sera en outre organisé des visites de sites de traitement de déchets.

Parallèlement, un important réseau « d’éco-animateurs » et « ambassadeurs du tri » sera mis en place, déployé et rémunéré. Aujourd’hui au nombre de 40, ces volontaires seront 300 en 2021 et 600 en 2025, soit environ 1 pour 10 000 habitants. Ils endosseront des rôles de relais du Syctom dans les communes. « L’évolution des comportements passe par une formation de relais de proximité, notamment dans l’habitat collectif », a expliqué le syndicat mixte français.

Pour aller plus loin, le Syctom a planifié des formations à destination des bailleurs sociaux et privés, et syndicats de copropriété.

Un prix du « pire objet emballé » prévu

Le plan d’action prévoit en outre des expérimentations en matière de fiscalité pour l’habitant, pour faire progresser la tarification incitative. Celle-ci sera mise en application sur 10 % du territoire, en commençant par les zones les moins denses. Enfin, chaque année à partir de 2020, sera décerné le prix du « pire objet emballé ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.