Vue aérienne d'un stade en construction au Qatar.

Coupe du monde 2022 : Amnesty ne lâche plus le Qatar

 

Après de nombreuses critiques et des rapports accablants, Amnesty International revient à la charge sur le Qatar et sa Coupe du monde. L’organisation internationale a créé un générateur de messages pour encourager les joueurs de l’équipe de France de football à soutenir et défendre les droits des travailleurs dans la péninsule arabique.

Possibilité d’écrire à Mbappé et Noël Le Graët

Amnesty a lancé cette semaine, sur son site internet, une initiative pour sensibiliser les Bleus sur la question des droits des travailleurs au Qatar, à six mois de la Coupe du monde. L’organisation internationale demande précisement aux supporters français d’envoyer un message aux stars comme Kylian Mbappé, Karim Benzema, N’Golo Kanté, Antoine Griezmann et Paul Pogba pour les encourager à soutenir et défendre les droits des ouvriers. Tout se fera à travers un générateur de messages, sous forme de tweet ou d’email pré-rédigé, qu’on envoie simplement aux Bleus en cliquant sur le bouton dédié.

Les supporters pourront même envoyer un texto à la Fédération Française de Football (FFF) via une adresse spéciale sur le site internet de l’organisation. Amnesty souhaite ainsi noyer les boîtes mail en question afin d’inciter joueurs et dirigeants à soutenir publiquement la cause de ceux qui construisent les installations qui les accueilleront bientôt. Elle règle ses comptes personnels avec la FFF, qui a pratiquement justifié les violations des droits de l’Homme au Qatar.

Un sportwashing de la part du Qatar

En effet, son président Noël Le Graët a préféré voir les efforts fournis par le pays en matière de droits de l’Homme, plus que les impairs. Selon lui, les autorités qataries ont mené d’importantes réformes ces dernières années pour améliorer la situation. Comme l’abolition du système de parrainage et l’instauration d’un salaire minimum horaire. Il a même dit voir la Coupe du monde au Qatar comme une opportunité de faire progresser le pays sur la question des droits humains.

Dans le camp des détracteurs, on trouve ces arguments presque scandaleux. Pour eux, le riche pays de la péninsule arabique se sert du Mondial comme d’une façade lumineuse pour cacher les horribles violations des droits de l’Homme. Le Qatar profiterait de cet événement sportif majeur pour redorer son image et regagner une légitimité géopolitique comme la Russie en 2018. Amnesty dénonce ce sportwashing et réclame un changement plus profond et durable.

Une compensation de 440 millions de dollars pour les victimes

Il y a une semaine, le 19 mai, Amnesty International a exigé une compensation minimum de 440 millions de dollars pour les ouvriers présents sur les chantiers des infrastructures du Mondial 2022. Ce montant équivaut à la dotation réservée aux 32 équipes participantes. Il comprend les salaires impayés, les paiements de frais de recrutement illégaux et exorbitants ainsi que les dommages liés aux accidents de travail. La Fifa dit avoir pris acte de cette demande. Elle a annoncé procéder à son évaluation. En outre, l’ONG l’a priée de travailler avec le Qatar pour mettre en place un programme de réparation complet pour les victimes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.