Des patrons discutant avec un smartphone en main.

La sobriété énergétique, une affaire collective

 

Dans une tribune publiée ce dimanche, plusieurs dizaines de dirigeants de grandes entreprises ont appelé à faire de la sobriété énergétique un choix collectif. Ils souhaitent l’appropriation, par les grands groupes, des concepts d’économie circulaire, de relocalisation, de biodiversité et de réductions d’émission de carbone.

Il y a une semaine, les patrons des trois énergéticiens français (TotalEnergies, EDF et Engie) avaient invité les Français à réduire immédiatement leur consommation énergétique pour faire face au risque de pénurie à l’approche de l’hiver. Cet appel se limitait à la consommation d’énergie et s’adressait séparément aux particuliers ainsi qu’aux entreprises. Ce dimanche 3 juillet, la mobilisation a pris une autre dimension.

Une approche collective et non plus distincte 

En effet, 84 dirigeants de l’économie sociale et solidaire ont signé une tribune au Journal du dimanche (JDD), dans laquelle ils s’engagent en faveur de la sobriété énergétique. Parmi eux figurent Jean-Bernard Lévy d’EDF, Hélène Bernicot du Crédit mutuel Arkéa, Pascal Demurger de l’assureur MAIF, Virginie Hils de Comptoir de campagne, Léa Thomassin de HelloAsso et Antoine Jouteau de Leboncoin.

Ces chefs d’entreprises souhaitent que l’engagement soit commun et non plus distinct. Ils plaident pour une approche globale, comprenant aussi les émissions de carbone. « La sobriété peut être un choix collectif et non une responsabilité individuelle : entreprises, associations et pouvoirs publics doivent en être le moteur et la planifier avec volonté et solidarité », écrivent-ils.

La sobriété énergétique pas synonyme de pénurie ou de déclin

Pour ces dirigeants, la sobriété énergétique doit faire partie de la stratégie des groupes, de leurs cultures, enjeux et préoccupations. Ils doivent s’approprier des notions fondamentales comme l’économie circulaire et l’économie d’usage, la relocalisation, la régénération de la biodiversité et la réduction effective des émissions carbone conformément à l’accord de Paris.

Les grands patrons rassurent sur le fait que la sobriété énergétique n’est pas synonyme de pénurie, de repli ou de déclin. Mais qu’elle est créatrice de valeurs. Ainsi elle doit être mise en œuvre, cela d’autant qu’elle représente une réponse à l’équation la plus cruciale de notre temps : le rechauffement climatique.

Seconde main, réparabilité, agriculture bio, circuits courts…

Les signataires pensent qu’une stratégie de sobriété durable en entreprise passera obligatoirement par un partage de la valeur équitable et par des évolutions de gouvernance. Ils invoquent les modèles existants déjà dans de nombreux domaines, comme le textile avec le recours à la seconde main et à la réparabilité garantie.

Il y a aussi l’alimentation à travers l’agriculture biologique sobre en intrants carbonés, les circuits courts ou la lutte contre le gaspillage. Sans oublier la mobilité durable avec les solutions douces et décarbonées, ainsi que la transformation numérique à travers les initiatives low-tech ou le tech for good.

Une autre tribune aux Universités d’été de l’économie de demain

Les dirigeants se disent convaincus que la politique collective de sobriété permettra d’allier développement économique et avancées sociétales et environnementales majeures. Ce que les grands groupes n’arrivent pas à ce jour à réaliser, le profit passant toujours au premier plan. « Cette alliance doit permettre de faire évoluer notre modèle global de compétitivité pour clairement soutenir cette nouvelle voie, pour sortir enfin les entreprises d’une perpétuelle injonction contradictoire », peut-on lire.

Après cette première tribune, les grands patrons comptent proposer collectivement leurs idées le 30 août à l’occasion des Universités d’été de l’économie de demain à Paris. Ce forum se tiendra en même temps que l’université d’été de la première organisation patronale française, le Medef. Cet évènement a été rebaptisé Rencontre des entrepreneurs de France (REF).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.