Des denrées alimentaires dans un magasin des Restos du coeur.

Coronavirus : les associations caritatives du Calvados face à l’afflux des dons

 

Depuis le début de semaine, les associations caritatives du Calvados (Normandie) font face à un important afflux de dons. Les restaurateurs et les établissements scolaires, qui ont dû fermer avec le passage au stade 3 de l’épidémie de Covid-19, les sollicite abondamment car obligés de proposer leurs denrées périssables.

Partout en France, les restaurateurs ont dû fermer avec le passage au stade 3 de l’épidémie de Covid-19. Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé samedi dernier la fermeture dès minuit et « jusqu’à nouvel ordre » de tous les « lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays ». Cette situation contraint les restaurateurs (depuis samedi minuit), mais aussi les établissements scolaires (depuis le lundi 16 mars) à se débarrasser de leurs denrées périssables.

« Nous ne pouvons malheureusement pas donner suite à tous »

Dans le Calvados (Normandie), les associations caritatives se retrouvent débordées. Elles ne peuvent pas répondre favorablement à toutes les propositions de dons. Jusqu’à ce jeudi, par exemple, la pizzeria Domino’s livrait de nombreuses pizzas gratuitement à La Croix Rouge de Caen pour les distribuer aux sans domicile fixe de la ville.

« Les restaurateurs se manifestent pour nous faire don de leurs denrées alimentaires, mais nous ne pouvons malheureusement pas donner suite à tous », confiait au quotidien Ouest France, Claude Gautier, président de l’Unité locale Croix Rouge de Caen. « Nous ne sommes pas sûrs de pouvoir assurer les distributions au-delà de demain, et pas sûrs non plus que nos bénéficiaires se déplacent », explique-t-il ensuite. Dans de telles conditions, le bon sens commande de ne pas encombrer les réfrigérateurs avec des denrées « qu’il faudra jeter au bout d’un mois ».

Même situation pour les Restos du cœur à Mondeville

A Mondeville, les Restos du cœur font face à une problématique analogue. Ils reçoivent beaucoup d’appels, principalement en provenance d’établissements scolaires. « Je viens de récupérer des yaourts et des fromages dans un lycée. Mais nous ne pouvons, hélas, pas prendre tout ce qui nous est proposé, puisque nous ne savons pas si nous allons pouvoir mettre en œuvre des distributions auprès des personnes que nous accueillons. », signale une bénévole.

Les associations caritatives pourraient davantage se retrouver sous le poids des dons si le gouvernement décidait de prolonger le confinement en France dans les prochains jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.