« Make friday green again »: veut mettre fin au Black Friday

« Make friday green again »: un autre mouvement constataire du Black Friday

 

Après le « Green Friday », le « Black Friday » a un nouvel adversaire. Son nom : « Make friday green again », un collectif de 200 marques qui veut contrecarrer l’opération commerciale venue d’Outre-Atlantique et qui est accusée de participer au dérèglement climatique en encourageant la surproduction.

Le 29 novembre prochain aura lieu le Black Friday, une grande opération commerciale qui a vu le jour dans les années 1950 aux Etats Unis. Cette frénésie d’achat liée à des rabais commerciaux massifs profite aussi bien aux consommateurs qu’aux grandes enseignes telles qu’Amazon, qui vend des millions d’articles. L’année dernière, au moins 5,740 milliards d’euros ont été dépensés pour le Black Friday. Cette somme colossale rime évidemment avec gaspillage, pillage des métaux rares ou encore pollution de l’environnement causée par l’envoi des colis ou l’importante activité numérique ce jour-là.

« Nous ne voulons pas participer à cette journée infernale de surconsommation imposée par le marché »

Pour reverdir ce « Vendredi noir », plus de 200 marques françaises ont lancé le collectif « Make Friday Green Again », qui fait la promotion d’une consommation raisonnée et responsable. À l’origine de ce mouvement, la marque française de chaussures et bons basiques urbains Faguo, engagée dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Dans le « manifeste » du « Make Friday Green Again », elle déclare : « Nous ne voulons pas participer à cette journée infernale de surconsommation imposée par le marché. Le vrai coût de cette journée est social et environnemental. Elle rend précaires les emplois en ne rémunérant pas les fabricants, les marques et les magasins. Elle participe d’autre part au dérèglement climatique en encourageant la surproduction. ».

Choisir une marque responsable, c’est voter !

L’idée du « Make Friday Green Again » est non seulement de faire réfléchir sur le mode de consommation actuel, très dévastateur pour la planète, mais également d’inciter les gens à trier leurs placards pour revendre ou recycler ce qui ne les intéresse plus, à faire le point sur ce dont ils ont vraiment besoin et à acheter s’ils le souhaitent mais raisonnablement et au prix juste.

L’objectif de cette offensive commerciale anti-black Friday est également de faire la promotion des marques responsables, qui manquent souvent de visibilité, et de redonner aux consommateurs leur pouvoir de décision. « En choisissant des marques responsables, tu reprends le pouvoir qui est le tien et tu agis concrètement pour une consommation durable et engagée ! La majorité l’emporte toujours, et nous voulons y être tous ensemble et avec toi, pourvue qu’elle soit responsable ! », lance Faguo.

Avant le « Make Friday Green Again », il y avait le « Green Friday »

Parmi les 200 enseignes engagées dans le collectif, citons Joone, Les Raffineurs, Nature et Découvertes, Hast, Bergamotte, Bonne Gueule, Tediber, Blanc Bonnet, Big Moustache, Rosemood, Jamini, émoi émoi, Archiduchesse, le Grand Dressing, le Minor, Le Pantalon ou encore Picture Organic Clothing.

L’année dernière déjà, un autre mouvement soutenu par la Ville de Paris avait lancé une initiative similaire. Il s’agit de « Green Friday », qui sensibilise au recyclage, à la réparation et à la réutilisation des vêtements, appareils électroniques et autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.