Le sac à main blanc Alter-Nappa et le mantea de la nouvelle collection Automne de Stella McCartney

Luxe : Moralscore note les marques les plus éthiques

 

Alors que la Fashion Week a investi Paris depuis le 23 septembre, Moralscore a publié son classement des marques de luxe les plus éthiques. La première place est occupée par l’enseigne anglaise Stella McCartney, tandis que la dixième et dernière revient à Yves Saint-Laurent.

La Fashion Week de Paris a investi les beaux quartiers de la capitale depuis le 23 septembre 2019. Tandis que les créateurs présentent leurs nouvelles collections sur les catwalks, l’outil comparatif Moralscore publie son classement des marques de luxe les plus éthiques. Ses critères de notation sont nombreux dont le cadre légal et la disruption de l’entreprise, l’intérêt général, la fiscalité, l’environnement, les conditions de travail, l’utilisation du service, l’équité entre autres. Et sur ces points-là, la marque anglaise Stella McCartney est la mieux notée par Moralscore.

Stella McCartney, peut mieux faire !

Sur les 100 points définis par les critères de notation, Stella McCartney en rafle 61. L’outil comparatif relève que « l’entreprise choisit résolument de créer des collections sans cuir, ni fourrure. Elle s’engage pour la protection des animaux et l’économie circulaire ». Toutefois, l’entreprise n’est pas parfaite à cause notamment de la faible « contribution fiscale et sociétale de l’entreprise ». D’une part, la société-mère dirigée par Bernard Arnault « réalise des évasions fiscales pour échapper à l’impôt » (cité dans l’affaire des Paradise Papers). De l’autre, « l’image du corps idéal communiquée par l’entreprise est avant tout basée sur une morphologie mince tel qu’on peut s’en apercevoir lors de ses défilés », souligne Moralscore.

Gucci occupe la deuxième place du podium avec 56 points. Au niveau de l’environnement, Moralscore note que « L’entreprise a très récemment annoncé avoir conclu un partenariat de 8.4 millions de dollars avec une société de carbon offset qui va compenser les émissions de CO2 liées à la globalité de l’activité de l’entreprise. L’entreprise assure faire tout son maximum pour réduire un la majeure partie de ses émissions, le reste est compensé (reforestation notamment).».

Yves Saint-Laurent fait du greenwashing

Hermès se classe troisième (56 points) grâce à la mise en place « des actions pour réduire ou limiter ses émissions de CO2 : ces actions concernent une part minoritaire de l’activité de l’entreprise. L’impact reste donc très faible par rapport aux émissions globales de toute son activité. L’entreprise en France utilise 100% d’énergie renouvelable via un nouveau contrat avec EDF ». Au bas du classement, à la dixième place, figure Yves Saint-Laurent (37 points) car « L’entreprise a pris des initiatives très récentes et à but de communication (greenwashing) et donc sans véritable impact mesurable pour le moment, ou du moins avec un impact très marginal », regrette Moralscore.

Le Top 10 des marques de luxe les plus éthiques

1- Stella McCartney (61)

2- Gucci (56)

3- Hermès (56)

4- Prada (54)

5- Marc Jacobs (50)

6- Dior (49)

7- Celine (45)

8- Louis Vuitton (47)

9- Chanel (43)

10- Yves Saint-Laurent (37)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.