Les voiliers-cargos ont le vent en poupe

Participer à la protection de la planète tout en faisant du business. C’est le pari que prennent les acteurs du fret de plus en plus enclins à proposer à la clientèle le transport de marchandises par des navires à voiles.

Le défi n’est pas simple, tant le secteur est accaparé par les porte-conteneurs classiques réputés plus rapides et aux capacités d’acheminement plus importantes. Pourtant, le secteur du fret utilise de plus en plus de voiliers-cargos pour ses besoins. Les entrepreneurs semblent décidés à revenir à ce moyen de transport de marchandises des premières heures. À l’image de Grain de Sail qui se revendique d’être le premier voilier-cargo moderne. L’entreprise basée à Nantes vient d’achever une traversée transatlantique de trois mois, avec à son bord quelques dizaines de tonnes de marchandises. Des chiffres plutôt dérisoires tant sur l’aspect de la capacité que sur celui des performances que peuvent réaliser les porte-conteneurs classiques. Ces navires se sont tellement développés au fil des années que les plus gros peuvent transporter des milliers de conteneurs à la fois. Mais le jeu en vaut la chandelle pour la nouvelle génération de bateaux à voiles.

Pari sur le long terme  

En effet, les avions ont beau investir dans le fret, l’écrasante majorité des marchandises transportées dans le monde le sont par la mer. Une voie d’autant plus prisée qu’elle offre davantage de flexibilités que les airs. Le marché est donc une opportunité pour les voiliers-cargos pour peu que des navires de grande capacité voient le jour afin de rivaliser avec les porte-conteneurs. Et contrairement à ces derniers, les voiliers-cargos ont l’avantage d’être propulsés par le vent, source d’énergie inépuisable. C’est un point non négligeable pour les défenseurs de l’environnement qui font de la chasse au fioul lourd et extrêmement polluant des porte-conteneurs, un cheval de bataille. D’autant plus que l’Organisation maritime internationale (OMI) est de plus en plus pressée pour faire réduire les émissions de gaz à effet de serre dans le secteur du transport maritime.

Grain de Sail qui mesure 24 mètres de long et dont la capacité de transport ne peut excéder 50 tonnes, sera suivi dans les prochaines années d’un navire plus grand, selon les responsables de l’entreprise bretonne. D’autres sociétés actives dans le secteur du fret s’emploient également à redonner à la voile, son lustre d’antan. C’est le cas entre autres, de la Transocéanique Wind Transport (Towt) qui a prévu acquérir quatre voiliers-cargos de grande capacité très prochainement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.